L'économie de l'usage, c'est l'art de faire payer un même objet plusieurs fois à plusieurs personnes, grace à une location au moment de l'usage au lieu de vendre un produit à un seul consommateur.

Les musées, par rapport à la création d'oeuvres d'art est un type ancien d'économie de l'usage. Les velibs en sont un autre. Les films qu'on télécharge pour un nombre limité de lecture font un tabac en ce moment. l'immobilier partagé aussi.

Cela ouvre des perspectives immenses de création de richesse avec une production d'obets limités. Bonne nouvelle donc. Mais ..il y a un mais.. si la force de travail est moins utilisée pour créer des objets ainsi "usés" ce sont les mêmes travailleurs qu'il faudra payer pour consommer.."de l'usage". A moins qu'il y ait certains qui "créent" pour les autres qui "usent". Nouvelle forme d'esclavage.

L'économie de l'usage ouvre la porte à l'espérance de gains pour tout objet qui y est intégré..le prix de vente est donc très volatile. Le risque economique encore moins maitrisé. Une escalade dans le virtuel.

Le beau, c'est l'économie de l'usage free, comme linux, ou wikipedia. Sa contrepartie est la co-construction avec les usagers...dans le respect de certains codes de déonthologie. Ces outils sont des oeuvres d'individus généreux et créatifs. Ce sont ces nouveaux usages créatifs qui peuvent rendre le monde meilleur et s'opposer à l'enrichissement permanent d'une minorité au dépends des autres.

Urgent! Tous à la co création!