J'ai oublié un fait capital qui ne vous a pas échappé, mais pour moi, il a vraiment valeur de nouveau monde : Le 28 novembre 2005, la capitale libérienne, Monrovia, a fété de l'élection de la première femme présidente du pays.

C'est l'ancienne banquière Ellen Johnson-Sirleaf, qui a recueilli près de 60 pour cent des votes du 8 novembre contre 40 pour cent pour son adversaire, l'ancien joueur de football George Oppong Weah.

C'est donc un état africain qui a préféré le sérieux de l'une aux compétences footballesques de l'autre : Le monde à l'envers quand on voit le succès de l'Equipe chez nous et le délire collectif lors des championnats. Les femmes n'ont qu'à tricoter sagement sans commentaire aussi longtemps que cela dure (avec boules Quies éventuellement). j'ai toujours su que les femmes africaines pourraient nous en apprendre. car pour survivre dans certaines contrées, il faut de sacrées qualités...